Se faire comprendre en voyage

PSX_20190903_131828.jpg

Bonjour à toi ! Aujourd’hui on se retrouve pour la dernière partie de la série consacrée au voyage en solitaire. Si c’est la première fois que tu entends parler de cette série sur le blog ou que tu es nouveau/elle ici, je t’invite à aller lire les précédents articles dont les liens sont ci-dessous. Bien évidement tu peux aussi lire celui-ci sans avoir lu les précédents. Et comme tu as pu le voir dans le titre la thématique du jour est la compréhension en voyage. Comment peut-on se faire comprendre en voyage ou demander des renseignements quand l’on ne sait parler que sa langue natale ? Si c’est une question que tu te poses et qui t’empêche de te lancer seul(e), cet article est fait pour toi ! Belle lecture.

Voyage en solitaire : INTROLa peur des autresLa solitude

Il faut déjà savoir que le français est très démocratisé dans le monde. Beaucoup de pays sont francophones, notamment en Afrique sans oublier les DOM TOM et les collectivités d’outre-mer françaises ou le Canada ! Si la barrière de la langue est quelque chose qui te bloque vraiment je peux t’assure qu’il existe des tas d’endroit où voyager strictement en français.

Et si beaucoup de pays parlent le français de manière courante, cela n’empêche pas les institutions touristiques des pays dont ce n’est pas la langue de le parler ! Dans de nombreuses offices de tourismes, de musées, dans les hébergements et parfois des restaurants tu trouveras du personnels ayant été embauché pour leurs compétences linguistiques. Cela ajoute un certain nombre de lieux pouvant te dépanner si tu es perdu(e) ou que tu as besoin d’un renseignement quand les locaux ne parlent pas la langue.

Il y a aussi le cas où tu souhaites voyager dans un pays qui n’est ni touristique ni francophone ou, plus simplement, que tu as envie de discuter avec la population dans le pays dans lequel tu veux aller. Entrons dans le vif du sujet !


Quels sont les solutions pour parler avec des étrangers quand on ne parle que le français ?

1. Le langage universel des signes, pas celui que l’on apprend pour les sourds et muets évidement puisqu’il n’est pas le même partout, mais celui que tu utilises au quotidien. Quand tu veux passer un message à un ami un peu éloigné et qu’il y a du bruit par exemple, tu vas utiliser tes mains et dans la quasi totalité des cas l’autre va te comprendre. Pourquoi ça ne serait pas le cas à l’étranger ? Il faut voir ça comme un jeu de mime et avec un peu d’imagination on peut très bien se faire comprendre. Dans tous les cas la personne en face de toi aura le même problème de compréhension que toi et vous serez au même niveau. Tu peux aussi compléter les signes par du dessin ! (et non pas besoin d’être un artiste)

2. Il existe maintenant des petits livres ou carnets regroupant tous les symboles utiles en voyage, tu peux facilement t’en procurer un au rayon tourisme de ta librairie et cela pourra t’aider pour demander des renseignements. Très pratique si tu ne veux pas mimer « où sont les toilettes » par exemple…

3. Et si tu veux quelque chose de plus complet qu’un livre de symbole, toujours dans le rayon tourisme, le guide de conversation sera ton ami. Ce n’est pas la manière la plus fluide d’avoir une conversation mais c’est toujours mieux que rien dans des situations plus délicates.

4. Dois-je aussi te rappeler que nous sommes au XXIème siècle et à l’ère d’Internet ? Il existe des tas d’applications de traduction automatique spécialisé pour le voyage. Rien que google traduction peut être très pratique si tu ne cherches pas à avoir une discussion sur les derniers bouleversement économiques de ces dix dernières années.


Je pense avoir fait le tour mais il ne faut pas hésiter à discuter avec des autres personnes qui seront ravie de t’apprendre quelques mots de leur langue. Tu auras peut-être l’impression d’être ridicule mais ça n’est pas le cas ! Et si tu n’es vraiment pas convaincu(e) de pouvoir voyager en ne parler que le français il ne te reste qu’une chose à faire : apprendre les bases de l’anglais. Pas besoin d’être bilingue, mais pouvoir communiquer sur tout ce que tu trouves important en anglais t’ouvrira les portes de beaucoup d’autres pays qui ne pratique pas le français. Il en va de même pour l’espagnol.

J’espère que cet article t’aura plu et que cette série d’articles t’aura convaincue de voyager en solo ! N’hésites pas à aller lire ou relire les points positif de cette manière de voyager dans l’article introductif ! Si tu connais d’autres méthodes que je n’ai pas évoqué pour se faire comprendre tu peux m’en faire part en commentaire. Et si quelque chose te turlupine malgré tout je serais ravie de t’écouter et de répondre à tes inquiétudes ! À très bientôt Flo.

À l’heure où cet article sera publié je serais quelques jours plus tard, le 10 septembre, à bord d’un avion en direction de Tanger au Maroc pour passer deux semaines là-bas avec mes parents. Je ne sais pas encore ce que je vais faire là-bas, c’est ma mère qui va me faire découvrir la ville mais je vous en reparlerai dans un article fin octobre. L’article du 20 septembre est, pour sa part, déjà écrit et programmé. Tu pourras me suivre dans mes aventures sur Instagram, je vais essayer de partager le plus de choses possible en stories !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s