Mon apprentissage du Japonais #1

20190710_143833-1.jpg

Bonjour ! Je suis ravie de t’accueillir dans ce premier article sur mon apprentissage du Japonais ! J’apprends la langue depuis un moment déjà mais j’attendais d’avoir fait des progrès significatifs afin de pouvoir te raconter comment ça se passe. C’est donc le début d’une nouvelle série mais qui sera irrégulière puisque, on ne va pas se le cacher, apprendre le japonais c’est long. Saches que je parlerai de mon avancée en continu sur instagram donc n’hésites pas à aller checker si tu souhaites être au courant. いきましょう。

Note : je ne le répéterai jamais assez mais il ne s’agit pas d’une méthode d’apprentissage. Il s’agit simplement de la manière dont je m’y suis prise pour apprendre en autodidacte. Tu y trouveras des ressources, bien que je les détaillerais dans un futur article, mais ma méthode ne te correspondra peut-être pas. À toi de t’adapter en fonction de tes capacités et de tes besoins.

Pourquoi j’apprends le Japonais ?

J’ai commencé à m’intéresser au Japon en général à l’université après avoir ingéré des dizaines et des dizaines de mangas et d’animes. Je me suis renseignée sur les mœurs et la culture puis l’histoire du Japon et plus le temps passait, plus j’avais envie de me rendre dans ce pays qui me fascinait tant. L’envie d’apprendre la langue a bien entendu suivi très rapidement et je dois avouer avoir longtemps procrastiné avant de m’y mettre sérieusement. Mais pour résumer : tout a commencé grâce aux animes – comme pour beaucoup de personnes ces dernières années. Le moment est cependant venu et nous y voilà, après de longs mois je peux te partager mes progrès et ce que je compte faire par la suite !

Les premiers mois

On ne va pas se mentir, les premiers mois sont quelques peu répétitifs car dans un premier temps il faut apprendre les Kana. Ca ne sert à rien de vouloir commencer à faire des phrases sans les savoir puisque, comme tu le sais certainement, les Japonais n’utilisent pas le même « alphabet » que nous. L’on reprend tout à zéro comme lorsque toi et moi avons appris le Français à la maternelle il y a bien longtemps, et c’est long. Je ne me suis pas dédiée au Japonais à temps plein, auquel cas j’aurai été beaucoup plus vite, et je ne voulais pas non plus me faire un bourrage de crâne au risque de perdre la motivation d’apprendre. Je suis donc allée à mon rythme, sans me presser.

20190710_142613.jpg

J’ai commencé par apprendre les Hiragana avec un manuel Assimil afin de connaître la bonne manière de faire les tracés. Je faisais plusieurs lignes d’Hiragana par jour (généralement 3/4 Kana et une dizaine de ligne chacun) en essayant de trouver des moyens mnémotechniques pour mieux les retenir. Par exemple pour « ne » ね j’ai pensé à « nez », simple mais efficace. Et c’est grave à ce genre de raisonnement que j’ai pu les apprendre rapidement. Le plus difficile cependant a été d’apprendre les Katakana puisqu’il s’agit des même syllabes et que souvent les deux ne se ressemblent aucunement : た ta / タ TA ou que les Katakana se ressemblent beaucoup entre-eux : タ TA / ク KU / ケ KE. Mine de rien c’est plus compliqué que ça n’y paraît car il fait créer de nouvelles connexions dans le cerveau sans oublier la précédente. Surtout que c’est aussi très facile de les oublier ! Plusieurs fois j’ai arrêté de réviser quelques semaines et je devais recommencer l’apprentissage d’un certain nombre de Kana qui n’étaient, bizarrement, jamais les même. Je les ai donc appris grace au manuel, puis en faisant mes propres tableaux sur un cahier et avec des applications mobiles pour réviser rapidement à n’importe quelle occasion. Je te déconseille l’usage unique des applications car tu risques de ne te souvenir que des images et de ne pas être capable de les écrire toi-même. N’hésites pas à faire des lignes de Kana, c’est casse-pied mais aussi très efficace pour mémoriser l’écriture !

L’écriture et la grammaire

Une fois les Kana terminés, ouf, j’ai pu passer aux choses sérieuses car ce n’est pas avec les syllabaires que je serais capable de parler japonais ! Au départ je ne savais pas avec quoi commencer, la méthode Minna no Nihongo me tentait bien mais en autodidacte ce n’est pas la manière la plus évidente pour commencer. J’ai donc choisi l’édition du « Japonais pour les nuls« , elle m’a permit de mieux comprendre la manière dont la langue est structurée mais il faut admettre que ce n’est pas optimal. Beaucoup de choses sont occultés ou simplifiés pour ne pas rendre complexe l’ouvrage, il est parfait pour se faire une première approche du Japonais mais pas pour apprendre comme j’avais commencé à le faire.

Je me suis donc vite tournée vers une autre méthode : la chaîne Youtube « Cours de Japonais » de Julien Fontanier. Ce sont des cours complets, comme on peut en trouver en cours à la fac, qui sont également très pédagogiques. Sensei nous propose un cours pour chaque concept distinct dans une vidéo particulière avec des exemples et un PDF d’exercices corrigés. C’est justement en commençant ses cours sur l’écriture du Japonais que j’ai remarqué toutes les informations qui manquaient cruellement dans le manuel « pour les nuls ». Ces informations étaient indispensables si l’on souhaite apprendre la Japonais sérieusement et sur le long terme. Les cours ne sont, à l’heure actuelle, pas encore terminé puisqu’il reste encore trois saisons dont la prochaine est sur la conjugaison. J’ai vraiment adoré suivre ces cours et je les recommande vivement à tous ceux qui souhaite se lancer dans l’apprentissage – une fois que les Kana ont été appris bien évidement. J’ai actuellement terminé toutes les vidéos disponibles et desquelles j’ai pu prendre des notes pour faciliter les révisions. J’attends la suite avec une grande impatience ! (P.S. : c’est gratuit oui, oui)

20190710_142705.jpg

Et la suite…

En attendant la suite des cours de Julien Fontanier je ne vais pas me tourner les pouces. Je me sens à présent suffisamment confiante dans mes capacités pour me lancer dans le Minna no Nihongo en solo ! Je pense également me trouver un ou une correspondant(e) pour me perfectionner. J’ai aussi d’autres manuels très utile pour l’apprentissage mais je te reparlerai de ça dans le prochain article de cette série !

Pour ce qui est de la grande question des Kanji, je compte bel et bien les apprendre mais ce n’est pas ma priorité à l’heure actuelle. Mon but est d’apprendre à parler le Japonais avec un niveau B1-B2 d’ici le mois de mars et de lire des choses simples. Après cette échéance on pourra en reparler car je m’y mettrais potentiellement sérieusement à ce moment-là !

J’espère que cet article t’aura plu et surtout n’hésites pas à me poser des questions sur des axes auxquels je n’ai peut-être pas pensé. Je ferai également une F.A.Q. sur des sujets qui ne pouvaient pas intégrer cet article et tes questions pourront aussi en faire parti alors c’est l’occasion ! On se retrouve la semaine prochaine avec un nouvel article voyage. À bientôt, Flo.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s