La peur des autres en voyage

1

Hey ! Aujourd’hui je te présente un article sur une thématique très importante du voyage : la peur des autres. Selon moi il s’agit de la pire chose que l’on puisse nous transposer quand on commence à voyager ou que l’on va dans une destination inconnue ou traditionnellement considérée comme dangereuse. Car il faut le dire, les clichés ont la vie dure. Je souhaite donc te parler de ma propre expérience, la manière dont les paroles des autres m’ont influencée malgré moi et surtout comment relativiser.

Cet article est en relation avec celui-ci Voyager en solitaire | I N T R O

« Tu es courageuse. »

Une phrase que je déteste quand je dis voyager seule. Et pourtant c’est 80% des réponses que je reçois de mon entourage. En quoi voyager signifie être courageuse ? Le courage correspond à notre réponse face à la difficulté, de ne pas avoir peur, de foncer. En quoi le voyage représente une difficulté parce que je suis seule ? Car je n’aurais personne sur qui compter avec moi ? Pour pouvoir me défendre peut-être ? Ou est-ce parce que je suis une femme ? Très certainement un peu de tout ça aux yeux des autres. Pourtant je ne dis rien et je souris.

Je ne suis pas courageuse.

L’être serait de considérer le voyage comme une difficulté, comme une épreuve à surmonter.

C’est de là que commence la peur des autres. Quand l’on vit des choses qu’ils ne connaissent pas, des choses dont ils ont peur inconsciemment. Et c’est cette peur qu’ils ne peuvent s’empêcher de transposer à ceux qui franchent le pas.

Les commentaires d’autrui dépendront de la destination dans laquelle tu te rends. S’il s’agit d’une capitale comme Amsterdam tu n’auras que la classique réplique du courage. Mais quand tu pars dans un endroit où plus de clichés subsistent les choses se compliquent. C’est le cas avec l’Italie, célèbre repère de mafieux, de voleurs et de séducteur. « Ne mets pas de bijoux » m’a t-on dit. « Tu vas revenir avec un mec. » accompagné d’un rire gras. « Fais attention à toi surtout. » Sous-entendu tu risques de te faire agresser ou voler.

Malgré moi, alors que je voyais mon voyage comme une libération, ces paroles répétées se sont frayés un chemin en moi et on assombrit le tableau que je m’en faisais. Je n’ai pas pu m’empêcher de me faire des scénarios avec un tas de « et si » avant le départ et une fois sur place d’être craintive et suspecte pour un rien les premiers jours. Une fois la paranoïa disparue après avoir foulé le sol italien quelques temps, j’ai enfin pu me sentir à l’aise et discuter avec les gens qui m’entouraient sans craindre toutes les éventualités dramatiques. Évidemment cela ne signifie pas laisser traîner ses affaires ou garder son sac à main ouvert au monde ; il faut toujours rester prudent, mais pas au point de s’en rendre malade.

Mais le « pire » restait à venir avec mon voyage en Égypte, et plus précisément au Caire.

J’admets que vis à vis du climat politique actuel ce n’est pas la destination la plus safe du moment ; mais si je trouvais que pour l’Italie on m’avait agacé, là les remarques ont atteint un tout autre niveau. En quelques mois j’ai entendu toutes les pires infos relatives au Caire -la situation politique, les touristes assassinés, l’attentat en janvier-, bref ce que l’on pourrait très bien retrouver à Paris. Ce sont des choses à savoir pour adapter son comportement mais de là à l’entendre dire cinq fois par jour… non merci. J’ai donc décidé d’arrêter de parler de ce voyage mais le mal était fait.

Une fois en Égypte je peux te garantir que le premier jour j’étais tout sauf à l’aise pour sortir de mon airbnb et je n’ai pas osé sortir mon téléphone dans la rue les deux premiers jours… Réaction tout à fait inutile puisque la semaine s’est très bien passée à ce niveau là, on n’a pas essayé de me voler quoique ce soit et la chose la plus dangereuse à laquelle j’ai été confronté fut de traverser les grands axes routiers. Les passages piétons, là-bas, ça n’existe presque pas, mais j’en reparlerai dans quelques semaines dans un article spécifique.

Tout ça pour dire qu’il ne faut pas prendre à cœur tout ce que ton entourage te dit. Bien sûr, il faut prendre en compte les conseils quand tu vas dans un endroit comme le Caire, mais il ne faut pas laisser les paroles s’infiltrer au point de douter de ses choix. Ni d’arriver à ta destination et d’avoir peur à ton tour. La peur est une réaction normale et nécessaire quand elle est naturelle, engendrée par les autres ce n’est pas la même histoire. Ce qui a pu se passer à un moment donné n’est pas une généralité. Ce n’est pas parce qu’il y a eu plusieurs attentats en France qu’on arrête d’y vivre n’est-ce pas ? Je pense qu’il s’agit d’une notion importante à prendre en considération que ce soit pour voyager ou dans notre quotidien. Tout en restant prudent, bien évidemment.

Tout ceci reste mon point de vue et je comprend tout à fait le raisonnement que les personnes qui m’entourent ont, je trouve simplement que ce n’est pas la solution. J’espère que cet article t’aura plu et que tu as pu te conforter dans ton opinion sur le sujet ou peut-être y voir un nouvel angle.

N’hésite pas à me partager ton propre avis ou tes expériences vis à vis de la peur des autres, c’est toujours intéressant de discuter en ayant des points de vue différent ! À la semaine prochaine pour la galerie photo de mon voyage en Egypte, Flo.

3 réflexions sur “La peur des autres en voyage

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s