Mon rapport à la PAL

moshi moshi

Amsterdam © Corpus Voyage

Bonjour ! Aujourd’hui je te présente un nouvel article de discussion où je vais te parler d’un sujet léger qui peut toutefois se transformer en vraie angoisse. Tu sais déjà de quoi il s’agit grâce au titre, il s’agit de la PAL. Ce n’est pas un sujet explicitement en rapport avec la thématique de mon blog, je l’admets, mais étant une lectrice aguerrie dès mon plus jeune âge la lecture est devenu un moyen de voyager loin de mon quotidien. Que ce soit à travers une aventure ou une quête, un pays imaginaire ou partir à la rencontre de tous ces personnages, les livres ont toujours résonné en moi comme un réel voyage peuplé de découvertes. Et pourtant ce plaisir si simple peut devenir une hantise ou une obsession. C’est le cas pour beaucoup d’autres choses, mais je souhaite aborder ce sujet, sans prétention et en ne parlant que de mon expérience et de quelques témoignages.

Pour recontextualiser : une PAL qu’est-ce que c’est ? Et où la retrouve t-on ?

Une Pile À Lire, à ne pas confondre avec la wishlist pour les néophytes, est un ensemble de livres, plus ou moins gros, que l’on possède et que l’on veut/doit lire. Le ‘veut/doit’ n’est aucunement anodin ; normalement seul le ‘veut’ primerait puisqu’il ne s’agit que d’un concept mais c’est la notion de devoir qui envahit de plus en plus la communauté livresque de l’internet.

La popularisation depuis plusieurs années du partage autour du livre a fait naître de nombreuses communautés sur les forums mais plus encore sur Youtube et Instagram. De ces plateformes de plus en plus de partage se sont créés comme un véritable microcosme. Et comme toute « société » des usages se sont créés, en l’occurrence les books hauls, les updates lectures et notre sujet du jour : les PALs.

Bien évidement je ne suis pas ici pour te dire « houlàlà, société de consommation, c’est mal, horreur malheur » ou que sais-je car ce serait bien hypocrite de ma part. Là n’est pas le but, je trouve justement que cette communauté du livre est géniale pour tout le partage et les découvertes qu’elle procure, mais je souhaite juste discuter de mon ressenti vis à vis de ce phénomène de la PAL et comment je souhaite le faire évoluer.

Quand j’étais plus jeune j’ai toujours eu dans ma bibliothèque beaucoup de livres que je n’avais pas lu et cela ne m’avait jamais posé problème en tant que lectrice. Je relisais souvent les mêmes livres (#LePacteDesMarchombres tmtc), parfois j’en piochais un nouveau ; bref je faisais ma petite vie de lectrice en solitaire. Puis est venu dans ma vie il y a quelques années booktube. Et avec ça la découverte du partage, des recommandations et du nombre incalculables de livres que j’ai eu envie de lire. J’ai donc continué la routine habituelle achat/lecture qui s’était toujours équilibré jusqu’à ce que l’envie prenne le dessus sur la raison et que les achats ne fassent qu’augmenter par rapport à ma vitesse de lecture. Au début aucun problème jusqu’à ce que je me rende compte de « l’ampleur des dégâts ».

Les livres de ma PAL se sont tellement accumulés que je n’ai plus su où donner de la tête. Par quoi fallait-il que je commence ? Celui-ci parce qu’il est là depuis bien trop longtemps ? Ou celui-là que j’ai acheté il y a peu ? Mais en même temps j’ai envie de lire cette BD, et ce roman fantastique m’intrigue vraiment beaucoup. Par quoi faut-il commencer ?

La PAL n’était plus un endroit où choisir un livre sur le moment ou au hasard, mais une véritable angoisse. Et suite à cette réalisation ce fut la panne de lecture. J’ai arrêté les gros romans et j’ai laissé place aux livres de non fiction, aux mangas et aux romans courts. Pourquoi lire une intégrale ? Le temps que je la lise je pourrais lire 10 livres à la place. Le moment de plaisir de choisir sa lecture est devenu un choix de facilité.

Toutefois je ne fais pas de mon cas une généralité, et même si la PAL angoisse beaucoup de personnes pour de multiples raisons différentes, ce n’est pas le cas pour tout le monde. Et, de la même manière, même une personne ayant peu de livre en attente peut ressentir cette angoisse. C’est pour cela que je souhaite te partager, avant de te dire ce que j’ai tiré de cette réalisation et de ce blocage, trois témoignages de trois de mes amis dont un très différent du mien.

Telio de la chaîne YT Telio, grand lecteur d’une PAL de + 100 livres :

Lorsque j’entends les mots Pile à Lire, mes cheveux se hérissent sur ma tête !

Autrefois, je lisais vraiment beaucoup. Il m’arrivait de lire deux livres dans une même journée. Mais avec les études, le travail et mes autres passes-temps, j’ai peu à peu délaissé les livres de ma bibliothèque sans pour autant arrêter d’acheter des bouquins. Je me retrouve donc maintenant avec plus d’une centaine de livres qui s’amoncèlent et en les regardant je perds tout espoir d’arriver à la terminer un jour ! D’autant plus que je ne peux pas m’empêcher d’en rajouter lorsque je vais en librairie et que j’ai des coups de cœur, ce qui arrive très souvent ! Tout cela pour dire qu’autrefois, la lecture était un réel plaisir et je m’y mettais avec entrain alors que maintenant, en voyant tous mes livres à lire, je désespère et j’ai encore moins envie de m’y atteler.

Charlotte du blog Book of Fairies, grande lectrice d’une PAL de + 50 livres :

Je dispose actuellement d’un rapport aux livres particulier dans le sens où, dans l’ensemble de mes bibliothèques, je possède à ce jour plus d’une cinquantaine de livres que je n’ai toujours pas lu. Je continue cependant à en acquérir au fil du temps sans me poser la question du « N’as-tu pas déjà assez de livres qui attendent chez toi? » La réponse est non ! Sans parler d’être une acheteuse plus ou moins compulsive (de moins en moins avec le temps, tout de même) il se trouve que je n’éprouve aucun regret au fait de laisser à l’abandon certains ouvrages plusieurs années d’affilées, au contraire, je le garde dans un coin bien au chaud le temps que son heure arrive. Zéro pression ! Je suis dans l’état d’esprit où si ce livre n’est pas encore lu c’est que je n’en ai pas ressenti le besoin jusqu’à présent. Et puis, j’avoue aimer le fait de pouvoir avoir le choix quand je lis un livre (là, je suis servie !). Ma solution quand je n’ai pas de titre particulier en tête mais que je veux absolument lire quelque chose, c’est de créer une jarre à livre où dans un bocal j’ai écrit sur des petits papiers le titres de mes livres non lus et je pioche un titre au hasard. C’est plutôt le fait de m’imposer une lecture qui va engendrer chez moi un grand sentiment de stress. Tout comme le fait de réaliser des challenges, je les accepte avec plaisir mais il est hors de question que je m’impose quoi que ce soit sinon je vais me mettre à paniquer et perdre mon plaisir de lire.

N. de Nothing Stopping Us, petite lectrice d’une PAL de – 50 livres :

Entretenir une petite PAL me permet de ne pas me mettre la pression.

À la fin de chaque livre, le plus compliqué pour moi, c’est de choisir le prochain. À chaque fois c’est un vrai dilemme ! (Qu’est ce que j’ai envie de lire ? Combien de pages ? Est ce que j’ai envie de réfléchir, etc.)

Plus ma PAL est petite, plus ce choix est facile. Je me sens aussi moins découragée. Je préfère me dire qu’il me reste que ça à lire plutôt qu’il me reste tout ça à lire.

Comme tu peux le constater, chacun peut se faire son propre ressenti vis à vis de la PAL, qu’elle soit petite ou plus large, que ce soit motivant ou angoissant. Et dans mon cas, après avoir discuté sur le sujet à de nombreuses reprises, le « problème » vient du fait d’avoir donné un nom à ces livres non lus. Avant ils n’étaient que ça, des livres non lus, puis suite à la découverte de la communauté livresque je l’ai recontextualisé de la même manière que la majorité d’internet l’avait défini. Toujours devoir donner un nom aux choses est un maux humain et on ne peut pas s’en empêcher. C’est pour cela que j’ai choisi de changer le nom de ma PAL et sa définition, afin qu’elle me corresponde mieux et, j’espère par la suite, me fasse redevenir la lectrice insouciante de ce qui lui reste à lire.

Pour ce qui est du nouveau nom de la PAL, j’ai choisi le nom incongru de « tripotée de discernement » ; merci à mon dictionnaire des synonymes pour son aide à la réflexion. Mais appelons le #tdd ou #Todd pour les intimes ! Ce choix peut paraître étrange je l’admet, mais le fait que ce soit incongru détendra en quelque sorte le ressenti que j’ai de ce principe. Nous verrons si ça marche dans les semaines à venir ! Si tu souhaites suivre l’affaire c’est sur insta que ça se passe ! (@corpusvoyage)

Et toi, quel est ton rapport à la PAL ? À la prochaine, Flo.

2 réflexions sur “Mon rapport à la PAL

  1. Charlotte dit :

    Ton article est super intéressant et c’est très amusant de constater ses différences au niveau de la perception de la PAL, des craintes qui peuvent en surgir et la façon que l’on peut mettre en place pour dompter ou atténuer l’angoisse qui y est lié.
    L’angoisse de la PAL est-elle lié à un besoin d’être rentable dans son rapport temps/ nombre de lecture?

    J'aime

    • Florence dit :

      Merci ! 🙂 Oui il y a un peu de ça dans mon cas, c’est vrai que la société actuelle est beaucoup tournée sur le rendement et ça voit sur nos propres loisirs ou notre vie de tous les jours. On le voit beaucoup avec la popularisation des articles/vidéos sur des astuces de productivité par exemple.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s